POUR DIFFUSION IMMÉDIATE, n° 3033

Mitsubishi Electric va procéder à un essai sur le terrain de son bioréacteur à membrane de rétro lavage à ozone à faible consommation d'énergie (Eco-MBR) à Singapour

L'objectif est de contribuer à pérenniser les ressources en eau dans le monde entier

Version PDF (PDF:273.6KB)

TOKYO, 11 juillet 2016 - Mitsubishi Electric Corporation (TOKYO : 6503) a annoncé aujourd'hui son projet de procéder à un essai sur le terrain de son bioréacteur à membrane de rétro lavage à ozone à faible consommation d'énergie (Eco-MBR) pour un recyclage des eaux usées et industrielles, au Public Utilities Board (PUB), l'agence nationale des eaux de Singapour, Changi Water Reclamation Plant (CWRP). L'essai sur le terrain devrait permettre de vérifier qu'en comparaison des MBR classiques, l'Eco-MBR réduit potentiellement la consommation d'énergie tout en augmentant considérablement la quantité d'eau filtrée (perméat) par zone de surface du filtre à membrane (flux) grâce à un processus de nettoyage par filtre avec de l'eau ozonée. Mitsubishi Electric développe actuellement des applications pratiques pour les systèmes de traitement et recyclage des eaux usées et industrielles, qui devraient contribuer à promouvoir les efforts réalisés sur le plan international pour aboutir à des environnements aquifères durables.

Site d'essai sur le terrain de l'Eco-MBR, Changi Water Reclamation Plant, Singapour

S'appuyant sur l'expertise technologique de plus de 1 700 ozoneurs commercialisés, Mitsubishi Electric a développé son Eco-MBR hautes performances pour répondre aux besoins des régions du monde faisant face à une demande accrue en eau. En raison de ressources en eau limitées à Singapour, le gouvernement et les acteurs du secteur industriel mettent en œuvre avec succès des solutions de réutilisation des eaux pour offrir un approvisionnement en eau durable et alternatif, en particulier dans le cadre d'un usage industriel. Actuellement, l'approvisionnement en eau potable recyclée de Singapour (également appelé NEWater) permet de répondre à 30 % des besoins en eau du pays. L'étude à l'échelle pilote sera effectuée en collaboration avec le PUB et le Centre for Water Research de l'Université nationale de Singapour jusqu'en décembre 2016. La commercialisation de l'Eco-MBR est prévue pour 2018.

Jusqu'à présent, les tests montrent que l'Eco-MBR est capable d'atteindre un flux élevé, ou une certaine quantité d'eau filtrée (perméat) par zone de surface de membrane, soit deux fois le débit des MBR classiques*. La clé est d'effectuer un rétro lavage régulier des membranes avec une eau à forte concentration d'ozone pour éliminer presque toutes les saletés organiques, augmentant ainsi la perméabilité des membranes. De plus, l'Eco-MBR réduit la consommation d'énergie grâce à un débit moindre de bulles d'air émises par un ventilateur pour nettoyer les surfaces à membrane. L'Eco-MBR permet également d'utiliser moins de membranes, ce qui se traduit par une superficie d'usine et un encombrement du système réduits.

Dans cette optique, Mitsubishi Electric continue d'œuvrer pour une utilisation commerciale de son Eco-MBR dans les systèmes de réutilisation des eaux municipales et industrielles, avec pour objectif de contribuer à pérenniser les ressources en eau dans le monde entier.

*Selon une étude réalisée par Mitsubishi Electric à partir du 11 juillet 2016

    Ce texte est une traduction de la version anglaise officielle de ce communiqué de presse. Il est fourni à titre de référence et pour votre confort uniquement. Pour tout détail ou spécificité, veuillez vous reporter à la version anglaise d'origine. La version anglaise d'origine prime, en cas de divergence.

    Veuillez noter que les communiqués sont exacts au moment de la publication, mais peuvent être sujets à changement sans préavis.